Mélanie - Avec mes mots/ octobre 21, 2016/ Blog, communication, Conseils rédactionnels/ 2 comments

L’hiver vient. Quand je prononce cette phrase, je ne peux m’empêcher d’avoir une petite musique en tête. Je suis sûre que je ne suis pas la seule. Et pourtant, les images qui me viennent ensuite, c’est un coin de forêt enneigé, un feu qui crépite et un livre qui m’attend à côté d’une couverture.
Stop.
On est ici pour parler sérieusement, pas pour raconter des histoires.
Quoique…

Un peu de storytelling avant de repartir

Je crois que, quand on écrit, que ce soit un roman, une recette ou un article de blog, on raconte une histoire. Toujours. Dans la communication, certains en ont même fait leur spécialité : ils utilisent le storytelling. Rédiger une page « à propos de vous » en utilisant cette technique vous rendra certainement beaucoup plus humain pour vos lecteurs (et, par extension, vos clients). Mais qu’est-ce que c’est au juste que ce storytelling ?
Pour commencer, c’est un procédé qui n’a pas tout à fait été imaginé en France, comme vous l’avez déjà compris. Pour continuer, ce concept a été surtout utilisé par des professionnels américains du marketing. Et, pour finir… Il n’y a jamais de fin aux différentes manières d’utiliser le storytelling.
L’idée principale, c’est de mettre votre produit, votre entreprise (ou votre smartphone préféré) au centre d’une histoire. Par ce biais, vous allez créer un attachement envers ce nouveau héros et donnerez envie de savoir ce qui va lui arriver ensuite.
C’est ainsi que certains produits deviennent des personnages…

(mais pourquoi est-il si méchant…)

Mais il y a bien d’autres manières de faire du storytelling.

Un peu de suspense

L’idée, c’est de créer l’envie. Soit avec une annonce, comme la dernière phrase de la partie précédente, soit en jouant sur l’émotion ou des références communes. Vous pouvez aussi distiller le mystère (à condition qu’il ne dure pas trop longtemps et qu’il soit résolu à la fin. Que ceux qui ont apprécié la fin de Lost lève le doigt !).

 

Si je fais souvent référence aux séries dans cet article, c’est parce que, justement, la série est un pur produit du storytelling… quand elle est appliquée à la publicité. Retrouver un même personnage, un même schéma, d’une annonce à l’autre renforce l’adhésion et la reconnaissance. C’est un peu le fil rouge de la communication d’une marque.

Le storytelling, le fil rouge de votre communication

Le plus difficile, en réalité, pour de nombreux annonceurs, semblent parfois de savoir arrêter leur série. Ce n’est pas toujours facile de dire au revoir à un concept qui a fonctionné, dans lequel on s’est investi. Mais c’est aussi de cette manière que l’on prouve que l’on innove et que l’on progresse.

Une image pour les réunir

Nous sommes une génération très visuelle. Si, si. On n’a pas dû totalement sortir des albums illustrés de notre enfance, puisque l’on a toujours du mal à lire un article de blog sans image.
Et une image raconte tellement d’histoires à la fois…
Par exemple, celle du fil rouge :

feuilles

On imagine derrière :
– une promenade en forêt
– l’automne
– un groupe qui passe de bons moments ensemble
– la constitution d’un herbier
– des gens qui cherchent à se cacher
– des scientifiques qui étudient un phénomène particulier dans la nature
– un mouvement qui utilise les feuilles mortes comme signe de ralliement
– un message codé

Et je pourrais continuer longtemps sur cette lancée… Pour le storytelling, tout peut susciter des idées.

Et vous, quelle est votre histoire publicitaire préférée ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 Comments

  1. Pingback: Comment captiver vos lecteurs sans utiliser de barreaux !

  2. Pingback: Comment trouver le bon style pour vos illustrations ? - Graphiste.com

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*