SemRush, que les professionnels du SEO connaissent bien, vient de publier une étude très documentée sur ce qui fonctionne ou non en termes de référencement. Voici un résumé des techniques que vous pouvez dès à présent appliquer (en prenant note qu’elles seront effectives pour 2020… et que les algorithmes comme les tendances pourront évoluer par la suite).

Quelle est la longueur idéale d’un article web ?

Cette question revient souvent dans les discussions : quelle taille doit faire un article pour être bien référencé sur les moteurs de recherche ? L’étude confirme que la tendance va aux articles de plus en plus longs. Il y a deux-trois encore, il suffisait de prévoir un article de 1 000 mots pour se démarquer, c’est maintenant jusqu’à plus de 3 000 mots qu’il faut monter.

Semrush compare les deux tailles et, entre 1000 et 3000 mots, le plus long article récolte en moyenne :

  • 3 fois plus de trafic

  • 4 fois plus de partage sur les réseaux sociaux.

Il va donc devenir de plus en plus important de se pencher sur des articles de fonds, qui apportent une véritable information, dense et bien construite. Ce sera le meilleur moyen de vous faire remarquer et d’éviter de répéter ce que d’autres que vous ont déjà dit vingt fois.

Cette réflexion s’inscrit aussi dans une démarche d’écologie numérique : en ne produisant pas un article juste pour faire du remplissage, mais bel et bien pour être utile aux internautes, vous éviterez de contribuer à la pollution numérique.

Premier conseil à retenir, donc : écrire moins souvent, mais plus longtemps.

Optez pour des titres plus longs

Semrush s’est également penché sur un autre point, qui pourrait sembler anecdotique et qui a pourtant toute son importance : la longueur des H1. Le H1, pour les novices, c’est le titre principal de l’article, celui qui apparaît aussi souvent dans l’intitulé sur la page des résultats Google (même si ce n’est pas obligatoire… mais il s’agit là d’un autre point technique).

La balise Title, qui est affichée par Google, doit varier entre 53 et 60 caractères. Le H1, en revanche, est le titre qui apparaît sur la page sur le site web lui-même.

Pour cet article la balise title est « Les clés d’un article performant » et la balise H1 est « Les clés d’un article performant (selon SEMrush et des milliers d’articles web analysés) »

J’ai donc directement appliqué la recommandation de Semrush qui indique qu’un H1 de plus de 14 mots obtiendra deux fois plus de trafic et de partages qu’un article avec un H1 de 7 à 10 mots (ce qui constitue la moyenne actuelle de la plupart des titres)

Deuxième conseil : préférez les titres internes longs… et plus encore ceux sous forme de listes (oui, « les 5 meilleures raisons de lire cet article » est une technique qui fonctionne toujours, même si elle est amenée à s’essouffler prochainement).

Mettez en place des structures claires

Après le H1, nous allons passer au H2 (et plus si affinités). Il s’agit là des titres intermédiaires, ceux qui vont servir à structurer votre article. Avec ces intertitres, vous annoncez de nouvelles parties et vous améliorez aussi le confort de lecture.

C’est en effet beaucoup plus simple de lire un texte en le découpant en paragraphes, avec des indications claires sur leur contenu, qu’un énorme pavé qui semble vite indigeste.

Mais là où cela devient intéressant, c’est que l’étude démontre que les articles qui ne se contentent pas d’utiliser des H2, mais aussi des H3 et H4 (donc des sous-parties) présentent les meilleurs performances en termes de référencement comme de trafic.

Cette information est à mettre en lien avec la première, qui préconise les articles longs. Plus l’information est dense, plus il est nécessaire de la découper, ce qui semble assez logique.

Troisième conseil : concevez vos articles comme des briques d’information, qui forment un mur solide, avec des parties bien identifiables.

Faites des listes

L’un des derniers indicateurs étudié par Semrush concerne les listes à l’intérieur des articles. Cela faisait longtemps que je cherchais ce genre d’informations, je suis donc heureuse de pouvoir indiquer qu’un article comportant des listes obtient :

  • 4 fois plus de trafic

  • 2 fois plus de partages.

Attention, pour affirmer ce fait, c’est sur le codage que Semrush s’est penché. Si vous créez vos listes manuellement, avec juste un espace supplémentaire, mais sans la mise en page spécifique d’une liste, vous ne rentrez pas dans leur étude. Ce qui ne signifie pas que votre liste sera inefficace, bien au contraire.

pourquoi faire des listes dans un article web

Les listes servent tout autant à faciliter la lecture des internautes, qui repère ainsi plus rapidement les points importants d’un texte. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, dans tous ces procédés de SEO : ils concourent tous à produire des articles plus utiles pour ceux qui les liront.



Avant d’inclure un article dans votre blog, vous devrez certes appliquer quelques bases de techniques de SEO, mais vous devrez surtout réfléchir à ce qu’il peut apporter aux autres. Un bon content marketing fait bien plus que de produire du flux de passage sur votre site, il répond à un besoin, à une demande, de vos prospects. Si eux en tirent du bénéfice, vous aussi !



Facebooktwitterlinkedin

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.