Mélanie - Avec mes mots/ juillet 10, 2019/ Blog, communication/ 0 comments

Vous savez quel est le pire écueil que vous pouvez rencontrer dans votre communication écrite ? Non, ce n’est pas les blagues niveau primaire, ni même les comparaisons que personne ne comprend… Ce sont les fautes d’orthographe et de grammaire ! Même un bad buzz et une phrase choquante ne vous décrédibiliseront pas autant…

Pourquoi les fautes de vos textes constituent autant de clous dans votre cercueil ?

Aujourd’hui, l’orthographe est en chute libre. À croire qu’elle s’est mise à la mode du saut à l’élastique depuis les années 90 mais qu’elle n’a jamais pensé à accrocher un élastique pour remonter.

Vous avez sûrement en mémoire des images de ces captures d’écran qui se moquent allègrement des sites d’information qui n’ont pas corrigé (ou même juste relu) leurs textes. Leur crédibilité a toujours beaucoup de mal à s’en relever.

Le problème, c’est que ces fautes sont présentes dans tellement d’endroits que l’on pourrait croire à une épidémie. La multiplication des moyens de communication, les pages de site conçues à la va-vite, les posts de réseaux sociaux publiés en urgence… Autant d’endroits où vous avez déjà presque certainement commis des erreurs. À votre avis, avez-vous vraiment l’air très sérieux quand vous proposez un document contenant une faute ou un contresens ?

Chaque petite erreur vous fait perdre des points de karma… Chacune d’entre elles vous éloigne un peu plus de la confiance de vos clients potentiels.

D’ailleurs, vous-même, si vous avez le choix entre deux professionnels, lequel choisirez-vous : celui qui écrit sans faute… Ou l’autre ?

Est-ce si grave de commettre des fautes d’orthographe ?

Les universitaires, les cadres… tout le monde reprend des cours de grammaire. La certification Voltaire devient la meilleure manière de prouver que, si, en fait, on connaît la langue française.

Ce qui pourrait signifier que :

  1. Tout le monde fait des erreurs

  2. Tout le monde ne les repérera pas

C’est sans doute le cas. Certaines personnes ne verront jamais une aberration grammaticale même si on la leur montre du doigt. Mais ce serait négliger ce simple fait : notre cerveau est beaucoup plus rapide à voir les erreurs qu’à trouver leur solution. Vous avez certainement déjà buté sur un mot, en sachant que vous ne l’écriviez pas correctement, mais sans trouver comment l’épeler. Le même processus est à l’œuvre pour les gens qui vous lisent : ils ne sauront peut-être pas écrire votre texte sans faute. Mais ils seront aptes à critiquer celles que vous commettrez (oui, on commet une faute d’orthographe comme on commet un crime).

Serez-vous sauvé par les correcteurs orthographiques ?

Il existe toutes sortes de correcteurs orthographiques. Ceux qui sont déjà présents dans vos traitements de texte (vous savez, ils s’amusent à souligner vos mots en rouge et vous vous demandez pourquoi?). Ceux qui s’achètent à part, des logiciels dédiés, plus ou moins puissants, avec des fonctions qui analysent aussi la grammaire et la conjugaison de vos phrases.

Il est pourtant temps d’abattra un mythe et ce sera encore plus douloureux que la fois où vous avez appris que le père Noël n’habitait pas réellement au Pôle Nord : aucune intelligence artificielle n’est infaillible dès lors qu’il est question de grammaire. Plus vous effectuerez de tests, plus vous vous rendrez compte que non, ces machines ne possèdent pas la finesse du cerveau humain. Vous ne pouvez pas vous fier à elles, pas entièrement du moins.

Quelle est l’arme ultime contre les fautes d’orthographe ?

J’ai bien regardé tous les Marvel… Je n’ai trouvé aucun super-héros équipé contre les fautes d’orthographe. Il est donc inutile d’espérer une mutation de votre génome ou un stylo venu des dieux pour venir à bout des erreurs.

En réalité, vous n’avez que deux options devant vous si vous voulez avoir l’air un tantinet sérieux :

  • devenir vous-même un cador de l’orthographe (ce qui vous prendra du temps et nécessitera un entraînement régulier pour vous maintenir à niveau)

    ou

  • faire appel aux services d’une personne extérieure.

La plupart des rédacteurs web ou print corrigent eux-mêmes leurs textes. Je dis bien « la plupart » : quand vous sous-payez cette prestation, ne soyez pas trop étonné de découvrir de nombreuses erreurs à la relecture.

Vous trouverez aussi des correcteurs freelances, soit via des plateformes, soit directement en individuels. Leurs tarifs sont généralement au mot ou au signe. Certains font même de la réécriture, sur demande. Bien sûr, cette prestation a un prix. Mais il est peut-être préférable de payer une correction que d’être corrigé par des clients qui ne vous font plus confiance…

Suite à la demande de nombreux clients, je vous propose à partir d’aujourd’hui mes services de correction pour vos textes. 

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.