Au fil des années, les moteurs de recherche dictent leur loi. Certaines erreurs font hurler Google. Ou, plus pratiquement, lui donnent envie de vous oublier et de ne surtout jamais, jamais vous montrer au grand public. Pas l’idéal pour votre référencement, n’est-ce pas ? Entre contenu de faible qualité et expérience désastreuse, voici tout ce que vous devez éviter pour que votre site ne disparaisse pas dans les profondeurs des moteurs de recherche.

5 erreurs que Google ne veut plus voir en 2021

1. Des pages avec un contenu de faible qualité

Oh, bien sûr, vous avez du texte sur votre site. Mais est-ce qu’il est vraiment intéressant ? Ce que je veux dire c’est :

Apporte-t-il une véritable valeur ajoutée à vos clients ?

Parce que ce sont uniquement ces contenus-là qui seront mis en avant par les moteurs de recherche (et qui généreront du trafic sur votre site).

D’après une étude Ahrefs, plus de 90 % des pages n’obtiennent pas de visite organique depuis Google !

Il ne suffit plus d’intégrer quelques mots clés comme au début du SEO. Non, maintenant Google est devenu un peu plus intelligent. Google s’intéresse à la qualité de votre contenu, il regarde s’il est original, documenté, organisé, facile à comprendre.

Comment prouver à Google que son contenu est qualitatif ?

C’est bien, vous vous posez les bonnes questions. Je vais donc vous partager trois astuces qui sont toujours efficaces :

  • travaillez votre vocabulaire. Google ne compte pas seulement combien de fois vous répétez vos mots clés. Il va analyser la présence de synonymes, de termes du même champ sémantique… Bref, toutes les manières dont vous allez y faire référence et enrichir votre texte (attention à ne pas confondre avec le cocon sémantique, même si c’est en partie lié).
  • Rentrez dans les détails. Au fil des années, la longueur optimale des articles tend à se rallonger. Plus un article est dense et complet, plus il atteindra une place intéressante dans les résultats de recherche. Mieux encore : plus vous fournissez d’informations, en les présentant correctement, plus vous obtiendrez une chance d’être repéré en tant que réponse intéressante à une question posée par les internautes. Vous voulez apparaître dans les featured snippets ? Donnez des détails !
  • Rendez l’expérience interactive. Le texte est essentiel, car il répond aux questions posées par les internautes sur les moteurs de recherche. Mais si en plus vous y ajoutez de quoi faciliter la navigation, comme un sommaire cliquable, ou des contenus visuels (et souvent vidéo), vous rendrez l’expérience encore plus engageante pour les utilisateurs. Et cela fait partie des petits détails que Google remarque, et apprécie au moment de déterminer votre référencement.

2. Un oubli des balises HTML

Certes, Google devient un analyste de plus en plus puissant. Mais il ne faut pas oublier qu’à la base, il s’agit de robots d’indexation. Vous avez donc tout intérêt à les aider à faire leur travail.

Il y a bien sûr les bases :

  • un titre de page qui comporte le mot clé
  • une méta description qui donne envie d’aller voir le contenu
  • des intertitres qui ne jouent pas sur le champ sémantique du mot clé (ou qui sont carrément oubliés)

Un plug-in comme Yoast vous aidera à ne pas les oublier si vous insérez vous-même vos articles via un CMS comme WordPress. Dans sa version de base, il ne prend cependant pas en compte le champ lexical d’un mot. Il doit donc servir uniquement d’indicateur, pas de référence ultime.

Certains sont un peu plus complexes et vont influencer votre SEO :

  • la balise Rel canonical : elle indiquera aux moteurs de recherche quelle page ils doivent indexer sur votre site s’il y en a plusieurs similaires ou qui se ressemblent fortement. Une bonne technique pour éviter les pénalités liées au duplicate content.
  • Les balises noindex ou nofollow : elles permettent de ne pas indexer les pages qui sont à faible valeur ajoutée. C’est-à-dire toutes celles qui pourraient laisser croire à Google que votre site n’a, dans sa globalité, que peu d’intérêt et qu’il ferait mieux de le laisser de côté.

Il s’agit là du minimum sur lequel vous devez jouer pour aider votre site à gagner sa place dans les résultats des moteurs de recherche !

3. Une mauvaise expérience de navigation

L’expérience de navigation fait plus que jamais partie des points cruciaux à prendre en compte dans votre SEO.

Tout a commencé avec les sites responsive (prévus pour les mobiles) mais des chargements trop lents vont influencer tout autant votre référencement.

Google apprécie tellement peu ces erreurs qu’il met à votre disposition des outils pour y remédier :

  • PageSpeedInsight : qui vous fournit le score de votre site (sur un ordinateur ou sur un smartphone) et vous donne quelques recommandations pour l’améliorer.
  • Les Core Web Vitals, qui sont maintenant indiqués dans votre compte Google Search Console. Les résultats sont un peu plus techniques mais de plus en plus pris en compte.

Comment améliorer la navigation sur un site internet ?

Si l’aspect technique vous inquiète, pas de souci. Voici comment gagner rapidement quelques points aux yeux des moteurs de recherche :

  • Optimisez vos visuels. Il n’est pas indispensable de les charger dans la plus grande résolution possible. Vous avez au contraire tout intérêt à les compresser pour les rendre moins lourds.
  • Utilisez la mise en cache du navigateur. Cela permet d’améliorer la vitesse de chargement en ne forçant pas le navigateur des internautes à charger à chaque fois tous les éléments comme votre logo ou vos polices. Il existe de nombreux plug-ins de cache qui feront ça très bien pour vous !

Là encore, vous pouvez vous appuyer sur des plug-ins, comme W3 Total Cache, entre autres.

4. Un mauvais référencement externe

Parmi les éléments pris en compte par Google pour estimer la valeur de votre site, il y a le nombre et la qualité des autres sites qui pointent vers vous. On parle de backlinking dans ce cas.

Attention : ce n’est pas la peine de chercher à obtenir un lien sur maximum de sites, peu importe d’où ils viennent. Au contraire. Google n’aime pas ça du tout (les plus anciens d’internet se rappellent des rings et des annuaires de tout bord. Ce n’est pas pour rien s’ils sont tombés dans l’oubli).

La bonne pratique dans ce domaine prend du temps :

  1. Identifiez les sites de référence dans votre domaine
  2. Contactez-les pour qu’ils parlent de vous, soit dans leurs articles, soit via un article invité
  3. Travaillez correctement le texte correspondant au lien qui pointe vers votre page.

Certaines entreprises vous proposeront des campagnes de backlinkings payantes. Vérifiez bien que les sites proposés soient de qualité !

5. La compétition interne

Un site bien fourni peut parfois vous poser des soucis. Surtout quand certaines pages sont en compétition les unes contre les autres, parce qu’elles cherchent à attirer l’attention sur les mêmes mots clés. Dans ce contexte, Google ne parvient plus à reconnaître laquelle est la plus pertinente ou la plus importante. Et dans le doute, il s’abstient.

Voici comment lutter contre ce phénomène :

  • Focalisez-vous sur les mots clés de longue traîne (on ne parle pas d’« isolation » mais d’« isolation des combles » par exemple).
  • Soyez attentif aux sujets complémentaires qui vont être déduits d’un mot clé : ils vous ouvriront des perspectives pour différencier une page d’une autre.
  • Faites de la maintenance de site : mettez à jour, voire supprimez, les contenus dépassés ou sous-performants. Votre site doit toujours être au meilleur de sa forme. Les contre-performances ne sont pas pour vous !

Comme vous l’avez vu, certains de ces conseils sont purement techniques. Mais la plupart restent simples à mettre en place, même si vous n’y connaissez rien en développement web. Il existe de nombreux outils qui devraient au moins vous permettre de ne plus trop contrarier Google avec des erreurs flagrantes.

Facebooktwitterlinkedin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.